14 mai 2012

Laurent Gaudé : Le Soleil des Scorta

Voici la chronique (roulement de tambours) du Soleil des Scorta de Laurent Gaudé! Il s'agit d'un roman qui n'a vraiment rien à voir avec de la Fantasy, mais j'avais envie de changer un peu. C'est donc sur l'insistence de ma sœur que je me suis plongée dans cette lecture. Il faut aussi mentionner que Le Soleil des Scorta a remporté le prix Goncourt 2004!

Editions Babel, 7€50
La quatrième de couverture : La lignée des Scorta est née d'un viol et du péché. Maudite et méprisée, cette famille est guettée par la folie et la pauvreté. A Montepuccio, dans le sud de l'Italie, seul l'éclat de l'argent peut éclipser l'indignité d'une telle naissance. C'est en accédant à l'aisance matérielle que les Scorta pensent éloigner d'eux l'opprobe. Mais si le jugement des hommes finit par ne plus les atteindre, le destin, lui, peut les rattraper. Le temps, cette course interminable du soleil brûlant les terres de Montepuccio, balayera ces existences de labeur et de folie. A l'histoire de cette famille hors du commun se mêle la confession de sa doyenne, Carmela, qui résonne comme un testament spirituel à destination de la descendance. Pour que ne s'éteigne jamais la fierté, cette force des Scorta.

L'auteur : Laurent Gaudé, né le 6 juillet 1972 dans le 14e arrondissement de Paris, est un écrivain français lauréat du Prix Goncourt en 2004 pour son roman Le Soleil des Scorta.

La première phrase : "La chaleur du soleil semblait fendre la terre."

Mon avis : Chose ardue que de commenter un tel livre...
En effet, il ne s'agit pas de mon genre de prédilection, je n'ai presque pas de livres de comparaison, et pourtant, je l'ai dévoré...
L'histoire commence dans le Sud de l'Italie : le soleil cogne, c'est l'heure de l'après midi où tout le monde fait la sieste et pourtant, un homme arrive à dos d'âne au petit village de Montepuccio. Luciano Mascalzone n'est pas revenu après tant d'années d'absence dans son village natal par nostalgie, mais parcequ'il a soif de se venger de ses habitants. Voleur, crapule, canaille : tout est bon pour le décrire et justifier ses 15 années de prison. Pourtant, il a pensé tout ce temps à une femme et s'est juré de connaître son étreinte avant de mourir. De lui naîtra la ligné des Scorta.
S'ensuit alors sa brève histoire à partir de son retour à Montepuccio. Puis vient l'histoire de son fils dont il n'aura jamais soupçonné l'existence : Rocco. Et enfin, l'histoire passera plus en détail la vie des trois enfants de Rocco, dont Carmela, sa fille. A ce stade du roman, on suit alternativement la "confession" de Carmela au pasteur de Montepuccio et sa vie, ainsi que celle de ses frères.
Plus qu'un roman cependant, c'est une vrai épopée familiale qui s'étale sur presque un siècle, et toujours sous le soleil brûlant d'Italie. C'est une sorte de malédiction semble s'acharner sur les membes de cette famille, mais j'ai adoré la manière dont tout ceci était mis en scène, tout ce qui fait que cette famille est spéciale aux yeux du lecteur. En effet, l'accent est vraiment mis sur tout ce qui fait le mot "famille", et plus encore sur ce qui fait un "Scorta". C'est cette fierté qui va porter ses membres à chercher par tous les moyens à réussir : à réussir dans leur vie matérielle, mais aussi et surtout dans leur vie familiale et dans le leg de l'identité "Scorta", famille qui a sut s'en sortir envers et contre tous.
C'est vraiment plaisant à lire, et s'il ne s'agit pas d'un roman "addictif", j'ai cependant passé de très belles heures à suivre cette famille si particulière. On ne peut pas ne pas se sentir voyager jusqu'en Italie tellement l'auteur nous communique son amour de ce pays. Et moi qui ait vécu en Provence, j'ai vraiment apprécié toutes ces descriptions, ces émotions qui reflètent bien le souvenir que j'ai des oliviers, du soleil implacable, de la terre aride... Ca résonne comme un souvenir, et ça donne le sourire aux lèvres. J'ai eu envie en refermant ces pages de plonger un morceau de pain dans de l'huile d'olive, j'ai réalisé que ça m'avait manqué! (essayez chez vous, c'est juste extra et tout simple à faire!)
Je ne peux que conseiller de le lire, et pourquoi pas cet été en plein soleil, histoire de vivre encore plus si c'est possible l'histoire, magnifique de sincérité.

Ma note : 9/10 (de la belle littérature, mais qui ne reste cependant pas ce que je préfère lire... A petites doses, c'est cependant magique)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire